Cogito ergo sum

Résumons:

La Terre est une planète
Le Canada est un pays
Le Québec est une nation
Mais comme l’amendement du Bloc a été rejeté, le Québec n’est pas une nation ACTUELLEMENT.
Donc, avant ou après le moment présent, mais pas là, en ce moment présent, le Québec est une nation, c’est ça?
Et une nation qui est elle-même partie prenante de la nation canadienne qui elle, peut prétendre faire partie d’un pays
Mais attention, on est Québécois comment? Lorsqu’on y est né? Lorsqu’on y demeure? Lorsqu’on a adopté son accent? Et lorsqu’on le perd, nous ne sommes plus Québécois?
Mais tout ceci dans un Canada qui nous considères comme Canadien, que l’on soit natif du pays (nation?) ou que l’on y demeure?

Quelqu’un a des Advil? Ça urge!

Christiane again

Chère Christiane,

j’ai beaucoup de difficultés à m’habituer à ton style d’émission. Je crois que depuis ton départ de la radio il y a de cela 11-12 ans, tu es devenue une extraordinaire bête de télé. Mieux, je pense que TLMEP eut été le show parfait pour toi (mais là, je peux me gourer). Tout ceci pour te dire que je suis revenu à l’écoute de ton émission, même si des fois, je regarde avec envie le bouton OFF de la radio. Pour l’instant, ça va. J’écoute et des fois, j’aime. Mais faut qu’on vive notre deuil. Je ne t’envie pas de vivre ce que j’appelle le syndrome Michel Lacombe. Allez, bonne chance.

Chose là. ;-)

PS: Mes messages, je les passe directement aux personnes concernées. Avant de publier ce billet, j’ai parlé au réalisateur de Christiane Charette, Bruno G., pour lui dire ce qui s’en venait.

Pieds dans la bouche 2.0

J’aime bien Michel Leblanc. Si, si, je le jure, j’aime bien Michel, même si il est tout à fait à l’opposé de moi, à savoir de « centre droit, HEC, didactique marketing, macho et cassant« . J’ajouterais émotif et impulsif. Et j’en garde quelques autres en réserve. Dont plusieurs gentilles. Depuis quelques semaines, je prenais donc un plaisir pervers à observer Michel et son alter-ego dans Yulbiz, Philippe Martin, trébucher dans les ornières du Web 2.0. Finalement, c’est Philippe Martin qui a donné tête première dans le « piège ».

J’avais longuement réfléchi à un billet sur le sujet. Mais je ne le posterai pas. Pas aujourd’hui, ni demain. Par simple respect pour l’homme qui vit des moments difficiles. Car on a souvent tendance à oublier que derrière le pixel, il y a une personne. Moi le premier. J’attendrai donc son retour avant de le publier. He deserve a break.

Pour le reste, je laisse Laurent s’amuser avec sa proie. ;-)

Préliminaires

Préliminaires: N.c. masc. plur. Activité consistant à placer un dvd de Caillou ou Dora dans le lecteur, installer confortablement bébé sur le divan avec son gobelet de lait, sa doudou, ses poupées et ses toutous et filer à pas de loup vers la chambre.
Banlieusardises

Kenny: le retour

Kenny-Big-Brother

Pour la petite histoire, Les Aventures de Kenny est un projet netgraphien piloté par cguy. Il s’agit de clichés de la figurine de Kenny, un personnage de la série culte South Park. Rien à voir vraiment avec la série télévisée, ces clichés étaient surtout des prétextes d’amusement et de retarder la sortie de Multimédium 2.0… On peut bien en rire maintenant… Bien sûr que c’est une blague.

Le thème? Mettre la figurine dans une situation différente à tous les jours. On s’est bien amusé.

Alors voilà! Pour les nostalgiques et ceux qui peuvent coller à la culture du moment…

Journalisme civique

Depuis quelques mois, j’éprouve un certain malaise (pour ne pas dire un malaise certain) avec l’expression « journalisme citoyen ». Est-ce vraiment l’expression juste? Je m’interroge. Et je lance l’idée: en lieu et place de « journalisme citoyen », ne conviendrait-il pas mieux d’utiliser l’expression « journalisme civique« ?

Emprunté du latin civicus, « du citoyen », dérivé de civis, « citoyen ».Qui concerne le citoyen comme membre de la cité. Les droits civiques, le droit d’élire, d’être élu, d’être juré, expert, témoin, d’avoir la charge d’une fonction, d’un emploi publics. Les droits civiques sont les droits exercés par les citoyens dans le cadre de leurs rapports avec l’État. Jouir, être déchu de ses droits civiques. Dégradation civique, peine infamante qui prive le condamné de ses droits politiques et civiques ainsi que de certains droits civils. Les devoirs, les vertus civiques. Faire preuve de sens ou d’esprit civique, remplir ses devoirs de citoyen. ENSEIGN. L’instruction civique, qui apprend aux enfants les droits et les devoirs du citoyen.
Les mots du Patrimoine de France

Il y a aussi ces définitions du mot civique, que j’aime bien et qui explique bien ce que serait le journalisme civique:

1. Qui concerne le citoyen et son rôle dans la vie politique.
2. Propre au bon citoyen.
3. Droits civiques : droits légalement conférés aux citoyens. Éducation civique : partie de l’enseignement destinée à préparer les élèves à leur rôle de citoyen. Garde civique : garde nationale. Sens civique : dévouement envers la collectivité, l’État.

Et que dire de cette définition dans Antidote:

1. Relatif au citoyen. Lois civiques. Le premier devoir civique est de voter.
2. Qui concerne le bon citoyen. Une population qui a un fort esprit civique. Le sens civique. L’instruction civique en France.

Bref, ceci me conforte dans mon choix d’appeler le journalisme citoyen, du journalisme civique. Cependant, puisqu’il faut douter de tout, même de soi-même, il est évident que je vais continuer à fouiller sur le sujet. Histoire de valider mes choix… ou qui sait, de les récuser.

Get a life!

Depuis une semaine, il n’y a en a que pour les poussinots, au point qu’Hugo Dumas fait un wet-dream quotidien dans la salle de rédaction de la Presse. Bon! Alors, on vous le dit, une fois pour toute: Passe-partout, pu capable. Over. Tanné. Get a life! T’as grandi mon poussinot (dixit Philippe Desrosiers à Bazzo.Tv). T’es devenu un adulte. Get a freakin’ life!

De même, les vieux cons de mon âge, arrêtez de radoter que « dans mon temps, les émissions pour enfants, c’étaient bien mieux ». Vous êtes encore plus pathétiques qu’une gang de poussinots qui chantent les chansons ragnagna de Passe-Partout lorsque vous nous sortez Bobino des boules à mites. Hey les tous petits, Bobino n’était qu’un vieux bretteux moralisateur qui ne savait parler à personne d’autre qu’une marionnette au point de déraper sérieusement les dernières années de sa vie. D’accord, c’était bien Bobino, mais c’était bien dans les années 60 et 70. Or, on est en 2006. S’t'u clair? You too, get a life! Car vous aussi les tous petits, vous avez grandi. Et si vous ne voulez pas devenir des adultes, le méchant blogueur baveux 1.0 (beta) va sortir les pétards à la farine.

Bref, mis à part Sol et Gobelet, une émission intemporelle, les meilleurs émissions pour enfants et ados sont celles… qui sont diffusées en ce moment à Vrak.TV. Méchant changement, R-Force, Tête première, Une grenade avec ça: z’avez déjà écouté ça? Vous devriez. Personnellement, j’ai un plaisir fou à écouter ces émissions avec mes kids. Et que dire d’Anormal, une émission animée par Christopher Williams et qui se veut un mix d’Il va y en avoir du sport et… un trip d’acide. Vous voulez savoir ce que les jeunes d’aujourd’hui pensent? Anormal est le nom de l’émission. Et il y aussi Les pied dans la marge à Radio-Canada, une autre belle émission.

M’enfin!

On joue au critique

En musique, jazz ou classique, il n’y a rien de plus beau que d’écouter un quatuor. Particulièrement un quatuor à cordes, qui se veut la forme la plus aboutie de la musique de chambre. Effort, concentration, pureté, esthétisme, rigueur, ascétisme: tels sont les mots qui pourraient décrire ce qu’est un quatuor à cordes. Chacun des musiciens doit être en parfaite harmonie avec les autres pour que la magie s’opère et que l’émotion envahisse tout autant les exécutants, le public et, lorsqu’il est présent, le chef.

Le concert de ce midi promettait: une grande oeuvre qui appelait rien de moins qu’une exécution parfaite. Normalement, le violoncelliste fait jeu presque égal avec l’alto et les violons. Son timbre éclatant, sa tessiture et sa puissance sonore tisse la trame de l’oeuvre. L’alto, rond et chaud, sait tout autant chanter la mélodie avec les violons qu’accompagner le violoncelle.

Et voici les deux violons: le premier violon y va d’une série de variations et d’envolées qui ne peuvent que mettre en lumière la virtuosité de son interprète. Staccatos, martelés, pincements: on peut aimer ou non son interprétation de l’oeuvre, mais reconnaissons qu’il est essentiel à ce que l’exécution sache nous émouvoir.

Et le second violon… Ooops, mais où était-il notre second violon? Un violon qui chante avec ce si charmant accent anglais. Malade? Occupation professionnelle? On comprend très bien. Ce sont des choses qui arrivent et on aurait pu s’adapter à la forme trio.

Pourquoi alors avoir saccagé l’oeuvre en invitant une joueuse d’égoïne? J’aime entendre l’égoïne à l’occasion, mais l’intégrer à un quatuor, avec une oeuvre aussi importante?

Mise à jour:
Note à la personne (non, vous ne saurez pas qui) qui cherchait le sens de la vie et la signification profonde de ce billet: Suffit de cliquer sur les liens. ;-)