Du grand sottisier des journalistes

Cette eau contient plein de micro-onanismes.

L’organe reproducteur de ces animaux est si sensible qu’on le qualifie de véritable stradivarius.

Un corps lâché d’une certaine altitude finit toujours par tomber.

La truite faisait des sauts de carpe.

En l’absence du cadavre, comment savoir si c’est un homme ou une femme?

Le maçon a fait une chute de treize mètres. Heureusement, un tas de brique a amorti sa chute.

Chacun sait que la noyade est une mort atroce car on meurt à petit feu.

À l’entendre, il ne dépasse jamais une voiture qui roule plus vite que la sienne.

Mignaval, Philippe, «Le grand sottisier des journalistes», Paris, Hors collection, coll. humour, 2006